Un bon blog – Pasifika FoundationHawaii
Pasifika FoundationHawaii

Un bon blog

Spread the love

Si l’on se place à ce point de vue, si l’on tient moins compte des états que des tendances, on trouve que végétaux et animaux peuvent se définir et se distinguer d’une manière précise, et qu’ils correspondent bien à deux développements divergents de la vie. Cela revient à dire qu’entre les mécanismes sensori-moteurs figurés par le point S et la totalité des souvenirs disposés en AB il y a place, comme nous le faisions pressentir dans le chapitre précédent, pour mille et mille répétitions de notre vie psychologique, figurées par autant de sections A’B’, A’’B’’, etc. L’image aux contours arrêtés dessine ce qui a été. La perception n’est jamais un simple contact de l’esprit avec l’objet présent ; elle est tout imprégnée des souvenirs-images qui la complètent en l’interprétant. et ne leur laisse plus distinguer les vertus d’avec les vices ? Plusieurs actualités récentes viennent confirmer la profonde mutation vécue par le secteur bancaire ces dernières années. Avec au mieux une dizaine d’employés, ces petits patrons, souvent très inventifs et débrouillards, n’ont aucun intérêt à un bras de fer avec leurs effectifs. Mais elle se présente sous de nouvelles formes, dans l’ère de progrès où les groupes les plus civilisés de l’espèce humaine sont entrés maintenant, et elle demande à être traitée d’une façon différente et plus fondamentale. Les chiffres publiés en février font apparaître les premières tendances durables de cette coopération. Ce texte se veut avant tout un appel. Ses inventions étaient trop rares pour qu’apparût sa puissance indéfinie d’inventer ; les armes et les outils qu’elle procurait à l’homme supportaient mal la comparaison avec ceux que l’animal tenait de la nature. C’est pourquoi ceux qui ne trouveront rien de nouveau dans ce que je vais dire, voudront bien, je l’espère, m’excuser si je m’aventure à discuter une fois de plus un sujet qui a été débattu si souvent depuis trois siècles. Nécessité faisant loi, cette réforme n’est plus un luxe mais un besoin vital. La division du travail, la multiplication des arts de la paix, qui n’est pas autre chose qu’une large opportunité accordée à chaque homme de choisir ses occupations selon ses aptitudes — de vivre de ce qu’il fait le mieux — remplit l’État de travailleurs heureux et utiles ; et ceux-ci, créant la demande par l’offre tentante de leurs produits, sont récompensés rapidement et sûrement par une vente fructueuse : et quelle police, quels dix commandements devient ainsi leur travail ! En toute loterie, il faut prendre les mauvais numéros comme les autres. Aucun travail d’abstrac­tion, d’élimination, de diminution enfin, effectué sur la première conception, ne nous rapprochera de la seconde. Tout au plus dira- t-on, comme nous venons de le faire, que le mysticisme ne saurait se répandre sans encourager une « volonté de puissance » très particulière. Aux dernières élections, cette opinion, déjà plus répandue, a trouvé plusieurs interprètes, dont le plus éloquent et le plus autorisé me semble avoir été M.Giuseppe Colombo, député de Milan et ancien ministre du trésor dans le cabinet Rudini. Bien plutôt serait-elle, par rapport aux états intellectuels qui surviendront, une cause et non plus un effet ; elle est grosse de représentations, dont aucune n’est proprement formée, mais qu’elle tire ou pourrait tirer de sa substance par un développement organique. Il n’a d’autre but que d’inculquer le respect de l’autorité ; que d’entretenir les différences de classes, l’esprit de hiérarchie, de discipline, d’obéissance abjecte ; de créer, dans la platitude, l’uniformité des caractères ; de traquer l’originalité et d’écraser l’individualité. Depuis mai, Un bon blog s’active à ce nouveau concept. Cependant, de même que souvent l’on se sent dans un état d’accablement et de fatigue sans avoir auparavant exécuté de grands travaux, ou que l’on éprouve un sentiment d’hilarité et de bien-être, sans un grand repos préalable, on ne peut nier qu’il arrive aussi que très-souvent nous ressentons de l’agitation, de la gaîté ou de la tristesse, sans motif.

Archives

Pages