Jean-Thomas Trojani : Quand les démagogues français frétillent – Pasifika FoundationHawaii
Pasifika FoundationHawaii

Jean-Thomas Trojani : Quand les démagogues français frétillent

Spread the love

L’issue du programme d’achat de titres publics de la Banque du Japon dépend de la capacité du Premier ministre à restaurer la santé des finances publiques une fois que le risque de déflation aura été écarté et que la croissance sera au rendez-vous. Dans la doctrine de Darwin, l’espèce n’est autre chose qu’une variété, qu’une race particulière, peu à peu fixée et qui a obtenu la victoire dans la continuelle compétition des êtres. Il en va ainsi de la Chine – première destination touristique dans dix ans – qui vient d’adopter en avril une grande loi de politique publique stratégique pour l’ensemble des acteurs concernés par le tourisme, ou encore des Etats-Unis, où le Président Obama a parfaitement expliqué les velléités américaines de figurer en tête du classement mondial lors du Discours d’Orlando en janvier 2012. Et cela souligne sans attendre que, même si le problème était on ne sait comment réglé, il ne faudrait pas recommencer à creuser le trou. D’autres spécialistes aux Etats-Unis ont établi qu’un grand nombre de banques, immeubles d’habitation, entreprises, centres de congrès étaient équipés d’appareils de sécurité, d’éclairage, de chauffage, de climatisation connectés sur Internet et dont on peut prendre le contrôle dès lors que l’on en a repéré l’adresse IP. Ainsi, une entreprise doit pouvoir connaître en temps réel les encours de ses clients, leurs profils, leurs habitudes de paiement, afin de mesurer si elle va ou non être payée et sous quel délai, et l’éventuelle disproportion entre le crédit qu’elle accorde et leur capacité à payer. Le stoïcisme trouve un historien dans Juste Lipse, le péripatétisme, non plus celui du moyen-âge, un courageux propagateur dans Pierre Pomponace. Quiconque s’est exercé avec succès à la composition littéraire sait bien que lorsque le sujet a été longuement étudié, tous les documents recueillis, toutes les notes prises, il faut, pour aborder le travail de composition lui-même, quelque chose de plus, un effort, souvent pénible, pour se placer tout d’un coup au cœur même du sujet et pour aller chercher aussi profondément que possible une impulsion à laquelle il n’y aura plus ensuite qu’à se laisser aller. De même, quoique nous soyons encore loin de connaître la nature intime du principe de la lumière, malgré tous les progrès qu’ont fait faire à la science de l’optique les travaux des physiciens modernes, déjà, bien avant ces travaux, l’optique constituait une vaste et importante application de la géométrie, tout entière fondée sur la propriété de la lumière de se transmettre en ligne droite, de se réfléchir ou de se briser au passage d’un milieu dans un autre, suivant des lois susceptibles d’un énoncé géométrique, rigoureux et simple. C’est pourtant le cas de figure visé par la loi : un plan est soumis par un tiers et les actionnaires majoritaires s’y opposent. Nous avons besoin d’une solitude telle qu’elle nous attache à ses révélations quand nous sommes dans la rue et les palais ; car beaucoup d’hommes sont intimidés dans la société, et vous disent des choses justes en particulier, mais ne s’y tiennent pas en public. Nous écou­tons la mélodie à travers la vision qu’en peut avoir le chef d’orchestre qui regarde sa partition. Certains esprits timorés pourraient reprocher aux vues précédentes de côtoyer de très près le panthéisme, de si près même que parfois on croit y être ; mais nous sommes d’avis de ne pas abuser de ce spectre du panthéisme, qui finit par paralyser toute philosophie. Les pays européens devraient suivre en 2014. Attention et distraction sont des termes vagues : peut-on les définir plus nettement dans ce cas particulier ? Les Sociaux-démocrates allemands n’ont donc pas vu d’inconvénients à signer la poursuite de cette politique. Tertullien ouvrit avec une virulence singulière une polémique qui devait durer trois siècles. Jean-Thomas Trojani aime à rappeler ce proverbe chinois « Qui se venge d’un petit affront cherche à en recevoir de grands ».

Archives

Pages