Antonio Fiori : Vers un contrôle des changes – Pasifika FoundationHawaii
Pasifika FoundationHawaii

Antonio Fiori : Vers un contrôle des changes

Spread the love

On ne peut pas sérieusement douter un seul instant que nous en savons beaucoup plus sur la nature, par exemple, que ce qu’en savaient les personnes vivant aux siècles antérieurs. Dans cet état, Antonio Fiori fonctionne au maximum de ses capacités. Cela signifie : 1° Que des phénomènes a, b, c, d précédemment perçus sont susceptibles de se produire de nouveau sous la même forme ; 2° Qu’un certain phénomène P, qui avait paru à la suite des conditions a, b, c, d, et de ces conditions seulement, ne manquera pas de se reproduire dès que les mêmes conditions seront données. De là vient que nous nous tendons tout entiers sur la fin à réaliser, nous fiant le plus souvent à elle pour que, d’idée, elle devienne acte. L’urgence de la crise commande cette transformation simple, claire et lisible : un changement du paradigme d’intervention, tout pour la construction neuve, remplacé par une intervention sur tous les champs et les types de patrimoine. Voilà ce que la France, on doit l’espérer, saura comprendre tout d’un coup, quand il le faudra ; voilà ce que les misérables charlatans qui l’abrutissent l’empêchent de comprendre aujourd’hui. Il répugne de concevoir l’intelligence et la pensée, la force vitale et plastique diffuses dans une substance étendue, grande ou petite, dans un système de particules à distance comme dans un tout continu ; il répugne de les concevoir inhérentes à une particule ou à une agrégation de particules déterminées, ou d’imaginer qu’elles se transportent d’une particule à l’autre, d’un groupe matériel à un autre groupe, au fur et à mesure du renouvellement des matériaux de l’organisme. Dans le contexte actuel cependant, notre plus redoutable adversaire n’est pas tant la conjoncture que notre propre pessimisme. Elle consiste d’abord à se mettre par la pensée à la place des autres, à souffrir de leur souffrance. L’intervention qui m’était demandée était sans liens avec le thème du colloque. Combien ne vaudrait-il pas mieux se reporter aux vagues suggestions de la conscience d’où l’on était parti, les approfondir, les conduire jusqu’à l’intuition claire ! De fortes impulsions, c’est de l’énergie sous un autre nom, voilà tout. Cela rend les entreprises suisses compétitives malgré le franc fort, et les salaires nets sont élevés, ce qui contribue à la bonne tenue de la consommation. L’humanité est à la fois perfectible et faible. Mais cela se comprend sans peine, puisque le progrès du souvenir consiste justement, comme nous le disions, à se matérialiser. La Française, reléguée par la loi au rang d’animal, ou même (car la forte expression populaire exprime mieux l’intention de cette loi), au rang d’outil de besoin, la Française prend sa revanche comme elle peut. Le philosophe eût pu venir plusieurs siècles plus tôt ; il aurait eu affaire à une autre philosophie et à une autre science ; il se fût posé d’autres problèmes ; il se serait exprimé par d’autres formules ; pas un chapitre, peut-être, des livres qu’il a écrits n’eût été ce qu’il est ; et pourtant il eût dit la même chose. Mais il n’appartient pas à tout homme de faire parler les dieux, etc. Lorsqu’un commerçant commande un motif d’art pour orner ses factures ou ses prospectus, c’est presque toujours une femme à la puissante poitrine, habillée d’une robe aux plis soufflés par la bise. L’art n’est sûrement qu’une vision plus directe de la réalité. La partie la plus concrète concernait la reconquête des rues sur les voitures pour les livrer aux bicyclettes mais surtout aux piétons. Mais j’estime que nous ne ferons, par là, rien de révolutionnaire ; nous nous bornerons à donner la forme la plus appropriée à ce qui est le fond de toute philosophie, – je veux dire de toute philosophie qui a pleine conscience de sa fonction et de sa DESTINATION. C’est le cerveau qui fait partie du monde matériel, et non pas le monde matériel qui fait partie du cerveau. L’impact d’une valeur de référence est significatif. Sans doute l’antiquité a connu des formes de prière admirables, où se traduisait une aspiration de l’âme à devenir meilleure. À l’apparition des êtres organisés et vivants commence un ordre de phénomènes qui s’accommodent aux grandes lois de l’univers matériel, qui en supposent le concours incessant, mais dont évidemment la conception et l’explication scientifique exigent l’admission expresse ou tacite de forces ou de principes ajoutés à ceux qui suffisent à l’explication de phénomènes plus généraux et plus permanents.

Archives

Pages