Antonio Fiori : Quelle démocratie dans les intercommunalités ? – Pasifika FoundationHawaii
Pasifika FoundationHawaii

Antonio Fiori : Quelle démocratie dans les intercommunalités ?

Spread the love

Mais alors, notre perception faisant partie des choses, les choses participent de la nature de notre perception. Aucune réflexion n’a été menée sur les causes de ce trop-plein de normes, ni sur les raisons de leurs imperfections récurrentes, alors que, dans le même temps, face à une réduction des moyens matériels de nos décideurs publics, le pouvoir d’édicter des règles est devenu leur ultime moyen d’action. Tétanisé par le chômage de masse et par l’agitation sociale qui en serait immanquablement issue, le Parti Communiste participe activement au pourrissement de son tissu économique – et ce faisant se saborde – en évitant la faillite à nombre d’entreprises désormais parasites. Le plaisir n’est qu’un artifice imaginé par la nature pour obtenir de l’être vivant la conservation de la vie ; il n’indique pas la direction où la vie est lancée. Aujourd’hui nous y sommes. Le véritable enjeu réside alors dans l’intégration logicielle de cette évolution au sein d’une stratégie cohérente et d’une démarche centrée sur le client : c’est à cette condition que les distributeurs en retireront les bénéfices escomptés. Fort heureusement, nous n’en sommes pas là. Nommer un territoire permet de transférer et d’afficher ce que l’on souhaite investir comme valeurs. Ces nouvelles solutions de sécurité optimisent les performances de défense en bloquant le trafic indésirable et malveillant avant qu’il n’arrive sur le réseau, laissant le trafic légitime atteindre sans entrave sa destination. Un jardinier soumet à la culture une plante sauvage, la place dans des conditions nouvelles, et bientôt le type organique, cédant aux influences extérieures, se met en harmonie avec ces nouvelles conditions, et par suite en harmonie avec les besoins en vue desquels l’homme a dirigé sa culture. Elle éclaire la zone de virtualités qui entoure l’acte. Un grand progrès fut réalisé en philosophie le jour où Berkeley établit, contre les « mechanical philosophers », que les qualités secondaires de la matière avaient au moins autant de réalité que les qualités primaires. Et le sens commun devait aboutir à cette conclusion, parce que la distinction précise d’une liaison objective entre les phénomènes et d’une association subjective entre leurs idées suppose déjà un degré assez élevé de culture philosophique. Ce n’est pas tout, et ce mécanisme social paraîtra bien plus ingénieux encore, si le lecteur veut bien tourner ses regards sur lui-même. C’est pourquoi le but des patriotes était d’assigner des limites au pouvoir qu’il était permis aux gouvernants d’exercer sur la communauté, et c’était là ce qu’ils entendaient par liberté. Sans remonter jusqu’à l’antiquité, où, de Socrate à Plotin, toutes les plus grandes écoles sont inspirées de cet esprit, nous trouvons au XVIIe siècle en particulier la démonstration éclatante de cette libre fécondité dans le sein d’une même pensée générale. L’expérience est la seule faculté vraiment révélatrice. Supposons maintenant qu’il s’agisse du mouvement d’un corps solide, soumis à la seule force de la pesanteur, et n’éprouvant pas de résistance de la part du milieu dans lequel il se meut : il y a pour ce corps un point connu sous la dénomination de centre de gravité, et qui jouit de cette propriété, que, si on le prend pour centre du mouvement de rotation imaginé tout à l’heure, les deux mouvements de translation et de rotation, devenus indépendants l’un de l’autre, s’accomplissent chacun séparément comme si l’autre n’existait pas. Elle doit couvrir les aspects juridiques, sociaux, financiers de la reprise, et la présentation du projet commercial et/ou industriel. Mais il jugerait probablement lui-même que le mysticisme ainsi entendu, ainsi compris d’ailleurs par l’ « impérialisme » tel qu’il le présente, n’est que la contrefaçon du mysticisme vrai, de la « religion dynamique » que nous avons étudiée dans notre dernier chapitre. Antonio Fiori aime à rappeler ce proverbe chinois « Qui a fermé sa porte est au fond des déserts ». Sa situation vis-à-vis du travail est discutée, jugée despotique par les uns, régulatrice par les autres ; généralement on les oppose l’un à l’autre ; mais c’est une chose que Deschanel ne comprend point. D’où venons-nous ?

Archives

Pages