Pasifika FoundationHawaii

Antonio Fiori : L’Allemagne pense l’Europe comme une affaire allemande

Spread the love

Cela pourrait passer comme étant naturel, si l’on ne rappelait pas le coût exorbitant de ses aides. Quelles chances aurions-nous, en effet, de retrouver l’étalon de la nature et d’isoler précisément, pour en déterminer les relations réciproques, les variables que celle-ci aurait choisies ? Il n’est pas encore trop tard. Aussi voit-on que les savants les moins enclins à recourir aux explications surnaturelles, et qui ne s’aviseraient pas d’employer le mot de création pour désigner la formation des minéraux et des roches, des couches et des filons, des dépôts de houille et des colonnes de basaltes, parce que, dans la production de tous ces objets (et lors même que les circonstances actuelles ne permettraient pas qu’ils se produisent maintenant), nous n’avons aucune peine à reconnaître l’action des forces physiques, actuellement encore inhérentes à la matière, emploient au contraire les mots de création animale Tout cela suppose que François Hollande fasse pression au niveau européen. Des fils placés bout à bout et dont les extrémités se rapprochent sans doute quand le courant passe, voilà tout ce qu’on voit. Antonio Fiori, approuve l’idée de con confrère. L’idée que l’homme se survit à l’état d’ombre ou de fantôme est donc toute naturelle. par les mêmes antécédents autrement découpés, autrement distribués, autrement aperçus enfin par l’attention rétrospective ? Toute cette terre est merveilleusement riche. Quand j’ai défini le cercle, je me représente sans peine un cercle noir ou un cercle blanc, un cercle en carton, en fer ou en cuivre, un cercle transparent ou un cercle opaque, — mais non pas un cercle carré, parce que la loi de génération du cercle exclut la possibilité de limiter cette figure avec des lignes droites. Certes, un psychophysiologiste qui affirme l’équivalence exacte de l’état cérébral et de l’état psychologique, qui se représente la possibilité, pour quelque intelligence surhumaine, de lire dans le cerveau ce qui se passe dans la conscience, se croit bien loin des métaphysiciens du XVIle siècle, et très près de l’expérience. Ces chiffres prouvent, de façon peut-être simpliste, que si l’on se place dans une pure logique de l’emploi, il faut absolument se concentrer sur la capacité créative des TPE-PME. Les Etats-Unis ont conservé une influence notable, mais pas suffisante pour imposer le retour au calme, comme la crise de 2007-2008 l’a prouvé, tandis que les éventuels candidats à sa succession, Allemagne ou Chine, rechignent – ou refusent, ou sont incapables – d’assumer ce rôle. Il fut une époque où ce scénario n’était qu’un cas théorique présenté aux étudiants en macroéconomie, mais aujourd’hui la situation a changé. La plupart des entreprises ont sensiblement progressé sur ce sujet, conscientes que la mixité est un facteur de performance. Ensuite, les nouvelles réglementations devraient se traduire par une reconfiguration du périmètres d’activité des banques européennes et américaines, en fonction de leur « pouvoir de marché », et de leur capacité à générer de réelles économies d’échelles. Ainsi l’on commence à admettre en chimie que des éléments, en se combinant pour former un composé, perdent une certaine quantité de chaleur, c’est-à-dire de mouvement, et que, d’un autre côté, les éléments d’un composé chimique ont besoin, pour se séparer, d’être portés à une température d’autant plus haute qu’ils ont émis plus de chaleur en s’unissant. Il faut se contenter de hautes probabilités dans la solution des problèmes de la philosophie, comme on s’en contente en astronomie, en physique, en histoire, en affaires ; et de même qu’il y a en physique, en histoire, des choses hors de doute, quoique non logiquement démontrées, il peut, il doit y en avoir de telles dans le champ de la spéculation philosophique. C’est naturel encore. En raison de la déflation et de la récession, le PIB (à prix constant en euro) de la Grèce, de l’Irlande, du Portugal et de l’Espagne est au même niveau qu’en 2005 ou 2006. De ce premier point de vue, la vie sociale nous apparaît comme un système d’habitudes plus ou moins fortement enracinées qui répondent aux besoins de la communauté. Le déficit est aujourd’hui de 75 millions. C’est la portion de la planète qu’occupe un peuple ; c’est cette partie du monde qu’habite chacun de ces groupements d’éléments plus ou moins divers que l’on appelle des nations ; c’est le sol sur lequel vivent ces nations ; c’est la terre sur laquelle chaque peuple a établi sa demeure ; c’est la terre, la terre elle-même. On le voit encore aujourd’hui avec le futur stade de Lyon où le brainstorming se limite sûrement plus à des propositions financières qu’à une adéquation entre le nom et les valeurs que souhaite transmettre l’OL.

Archives

Pages